fbpx

1 877 686.5194

info@consultantimmigration.ca

Processus d’embauche d’un travailleur étranger temporaire

C’est un fait que le Québec, comme le reste du Canada, vit une grande pénurie de main d’œuvre depuis quelques années maintenant. Selon la Banque de Développement du Canada (BDC) près de 40% des entrepreneurs canadiens n’entrevoient pas d’amélioration de la situation d’ici au moins une décennie.

 

Pour y remédier, plusieurs secteurs de l’économie pressent le gouvernement d’augmenter les seuils d’immigration. Très récemment le gouvernement Trudeau et le gouvernement Legault ont annoncé leur intention d’augmenter le seuil de travailleurs étrangers temporaires au sein d’une entreprise de 10% à 20%. D’autres assouplissements ont également été annoncés dernièrement. Pour plus de détails sur ces assouplissements, veuillez consulter l’article publié récemment sur notre blogue.

 

Quoiqu’il en soit, de nombreuses entreprises espèrent pouvoir recourir aux travailleurs étrangers sans savoir parfois comment s’y prendre efficacement. Le processus d’embauche des travailleurs étrangers géré au niveau fédéral par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) et par Emploi et Développement social Canada (EDSC) n’est pas toujours aussi simple à entreprendre. Entre l’offre d’emploi émise par l’employeur canadien et l’embauche d’un potentiel travailleur étranger temporaire, il y a un certain nombre de démarches importantes à entreprendre. Ces démarches, pour la plupart, ont pour but de permettre au travailleur étranger temporaire de décrocher un permis de travail temporaire. C’est en effet ce document qui lui permet d’exercer en toute légalité ses fonctions. Pour s’y faire certaines étapes doivent être franchies.

 

1. Obtention de l’étude d’impact sur le marché du travail

 

L’étude d’impact sur le marché du travail (EIMT) est un document qui prouve que l’embauche d’un travailleur étranger comblera un besoin et qu’aucun citoyen canadien ou résident permanent n’est disponible pour combler une offre d’emploi.

 

L’EIMT est délivrée par Emploi et Développement social Canada. Elle n’est pas requise dans tous les cas de recrutement de travailleur étranger. Selon l’emploi offert, l’employeur peut en être dispensé. Pour exemple, l’EIMT ne s’applique pour des offres émises dans le cadre des programmes pilotes d’immigration. Au Québec cependant, cette étape est accomplie par l’émission du Certificat de sélection temporaire octroyé par le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI).

 

Pour étudier la demande d’une EIMT, ESDC procèdera principalement à valider: l’authenticité de l’offre d’emploi, la réalité de la pénurie de main d’œuvre relativement au poste à combler, les efforts de l’employeur à embaucher sans succès un citoyen ou un résident permanent canadien, la création directe d’emplois ou le maintien de travailleurs en emplois ainsi que le développement ou le transfert de compétences de la part du travailleur étranger à des citoyens canadiens ou résidents permanents.

 

2. Demande de permis par le travailleur

 

Le processus d’embauche d’un travailleur étranger se poursuit par une demande de permis de travail, dans l’éventualité où l’employeur réussit à obtenir un avis positif à sa demande d’EIMT.

 

Suite à l’envoi des informations et des documents personnels exigés par IRCC, le travailleur peut procéder à la soumission de sa demande de permis de travail temporaire. Lorsque la demande de permis est approuvée, le travailleur étranger reçoit une lettre d’approbation.

 

La demande du permis de travail se fait en général depuis l’extérieur du Canada. Elle peut néanmoins se faire depuis le Canada si le candidat est déjà résident temporaire. Les démarches et la documentation nécessaire à la soumission d’une demande peuvent varier en fonction de la nationalité et du pays de résidence du travailleur étranger.

 

3. Embauche

 

Le processus d’embauche n’est achevé que lorsque le travailleur étranger est au Canada. Son permis de travail temporaire lui sera délivré à son entrée sur le territoire canadien par un agent des services frontaliers du Canada. Cependant si le travailleur étranger est déjà sur place, son permis de travail temporaire lui sera simplement délivré et envoyé par la poste.

 

Le permis de travail temporaire qui est octroyé est un permis de travail fermé ; c’est-à-dire qu’il n’est valable que pour l’employeur qui l’embauche et pour la durée mentionnée. Si le travailleur décide de quitter l’employeur, il devra reprendre à nouveau toutes les étapes expliquées précédemment. Toutefois si le travailleur étranger temporaire désire prolonger son permis de travail temporaire, il doit soumettre sa demande au moins 30 jours avant la date d’expiration de son permis actuel.

 

Depuis plus de 20 ans, nous assistons les entreprises à procéder à l’obtention de permis de travail temporaire canadien. Nous sommes en mesure de vous offrir une solution les plus adaptées à votre situation.

 

Vous avez des questions ?

contactez-nous